Le rap, une affaire de Duels pt.II

Le Rap une affaire de Duels

Mon fils Etienne aka Tintin est tombé sur sa soeur Suzanne aka Suzie ce matin quelque part dans le 93. Une histoire de jouet ou de jalousie, les témoignages divergent. Bilan : une trainée rouge sur la joue de l’ainée. L’occasion idéale de revenir sur certaines des rivalités dont le rap est coutumier. Des rivalités à intensité variable présentées sans ordre particulier.  Seconde salve. 

Part I / Part II

Dr. Dre vs Easy-E (1991-1995) : Le plus Fraternel

Les natifs de Compton ont redistribué les cartes en imposant leur banlieue comme capitale du rap avec SN.W.Atraight Outta Compton en 1988. Une longue carrière est alors promise aux Nègres Avec de l’Attitude, mais les embrouilles sont une suite logique à l’arrivée d’argent, elle-même suite logique du succès. Dr. Dre – en désaccord avec la redistribution monétaire  décidé par Easy-E – marche dans les pas de Ice Cube et quitte NWA dés 1991 pour tracer sa propre route. En quête d’intégrité, il s’associe avec le très honnête Suge Knight pour fonder le label Death Raw. L’année suivante, son classique The Chronic s’ouvre sur un règlement de compte avec le très explicite Fuck wit Dre Day (And Everybody’s Celebratin’) qui s’attache à ridiculiser Easy-E. La réponse de ce dernier ne se fera pas attendre avec le huit-titres It’s On (Dr Dre) 187um Killa, intégralement dédié à sa vengeance à l’encontre du futur créateur des casques Beats. Les différents financiers paraissent vains lorsque la mort rode, aussi les deux se rabibochent quelques jours avant qu’une longue maladie emporte Easy-E.

Foxy Brown vs Lil’Kim (1991-1995) : Le plus Sexy

Voisines dans leur jeunesse, les deux rappeuses ont utilisé les mêmes recettes pour régner sur le microcosme du rap féminin : éloquence, élégance et raffinemLil'Kim & Foxy Brownent. En fait vulgarité, vulgarité et vulgarité. Elles ne pouvaient donc que devenir rivales dans leur quête du diadème de Queens of New York. Toutes deux affiliées à un crew, The Firm pour Foxy et Junior M.A.F.I.A pour Kim, elles auraient provoqué une fusillade suite à leurs différentes diss songs. Malheureusement pour nous, elles ont plus ou moins terminé leurs carrières comme elles l’avaient commencé : ensemble et peu à peu largement dépassé par des nouvelles venues.

50 Cent vs Murder Inc (depuis 2000) : Le plus Vendetta

Curtis James Jackson III s’est fâché avec un grand nombre de ses confrères, c’est même une habitude chez lui. Puff Daddy, Rick Ross, Ghostface Killah, Cam’Ron, Fat Joe ou encore The Game en ont fait les frais. Mais personne n’est dupe, le grand gagnant dans l’affaire est sa petite entreprise. Une de ses embrouilles semble pourtant déroger à la règle et trainer des casserole de sincérité : son affrontement avec Ja Rule ou plutôt avec son label Murder Inc. Le boss de cette prospère entreprise, Kenneth « Supreme » Mc Griffith, est un gangster notoire dont le matelas s’est rembourré grâce à la plaque tournante du traffic de drogue qu’est son quartier du Queens. Le lascar aurait également fait assassiner la mère de notre rappeur, coupable à ses yeux d’une tentative d’enfumage, ainsi que son mentor, Jam Master Jay du groupe Run DMC. Aisé de comprendre alors la haine de 50 Cent pour tout ce qui tourne autour de Murder Inc et notamment ce connard de Ja Rule. En 2000 et sur plusieurs morceaux, le futur protégé d’Eminem opère sa vendetta : « Don’t nobody respect you nigga / You Preme’s son nigga / Muthafucker been getting extorted since day one ». Ou encore : « When you hear talk of the southside / You never hear talk of the Team / See niggas feard Prince and respected Preme / For all you slow mothefuckers I’m gonna break it down iller / See, Prince was the businessman and Prince was the killer ». Après deux échauffourées et une explication avec Suprême, 50 Cent encaisse trois ou neuf – personne ne sait vraiment – balles dans le buffet. Coïncidence?

Rhoff  vs Booba (depuis 2001) : Le plus Miteux

A l’origine un contentieux autour d’un titre commun, C’est nous la rue, que Booba voulait sortir sur son album. Une décennie de guerre larvée avant le déclanchement des hostilités sur Skyrock, Twitter et Instagram à base de piques et de photomontages. Rien de bien méchant mais Rhoff prend les choses très au sérieux et déboulonne littéralement et à plusieurs reprises. La suite est connue : Boutique / Jeune vendeur / Coma / Prison / Samuel Eto’o…No Comment.

Fais pas ton bâtard ou ta bâtarde et like la Page Facebook du Batard Blog